Etosha – Jour 2

Départ très tôt du Camp Halali pour les aventuriers du soulier perdu.

Nous arrivons au point de vue sur le Pan et… oui! Le soulier y est!

IMG_4065

Après une minutieuse inspection pour nous assurer qu’aucun scorpion n’y ait élu domicile, nous pouvons reprendre les pistes du parc armés de nos caméras.

Le paysage se transformera graduellement au fur et à mesure que nous nous rapprochons du camp Okaukuejo. La végétation cède graduellement place à des terres arides et planes à perte de vue.

Nous commençons par Rhino road dont le nom nous inspire. Malheureusement, la route ne tient pas promesse mais nous y verrons des Koudous et des Oryx. Un peu plus loin un immense mille-pattes traverse la route. Après un rapide arrêt pour le lunch, nous circulons lentement et sur notre gauche apparait… un rhinoceros à une dizaine de mètres! Nous appliquons les freins et instantanément le rhino charge! Embrayage, 2ieme et nous relançons notre engin en espérant qu’il réponde sans délai… Regard dans le rétroviseur et le rhino a abandonné la poursuite sitôt que nous avons quitté sa trajectoire.

Nous en sommes quittes pour une bonne frousse mais n’écoutant que notre courage, nous faisons demi-tour juste à temps pour prendre une photo des fesses de notre rhino qui s’éloigne…

IMG_4142

Voilà qui couronne une superbe 2ieme journée dans le parc d’Etosha. Arrivés au camping, une tour nous permet à nouveau d’admirer la fin de journée sur la savane environnante. Le site comporte aussi un point d’eau où nous décidons d’aller après souper. Belle idée : 3 gros rhinos s’y abreuvent sous nos yeux pendant qu’une hyène et un chacal se chamaillent tout près. De façon surprenante, les projecteurs qui éclairent la scène ne semblent pas gêner nos buveurs.

L’observation sera interrompue par les cris d’appel à l’aide d’une dame qui s’est profondément entaillé le front en tombant sur un sentier. Une amie de la dame, infirmière de profession, arrive tout juste après nous. Le site dispose d’une infirmerie où la dame sera conduite mais la mésaventure nous rappellera que l’environnement est hostile et les secours rudimentaires…

Les chacals nous accueillent à notre retour et nous « montons » nous coucher en prévision d’une longue journée de route en direction d’Opuwo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s